Actualités

Après une année de gel, quelles bonnes pratiques pour 2022 ?

En avril 2021 le gel a frappé fort, mettant la viticulture française à genoux. Au-delà des fortes pertes de production, le gel a également laissé de nombreux stigmates sur les vignobles avec des dégâts allant de 0 à 100% d’une parcelle à l’autre, une reprise de végétation languissante, un végétal épuisé et de gros écarts de stades phénologiques. Comment réagir après une telle catastrophe ? Quels sont les points de vigilance en 2022 ?

La taille

Malgré les repousses anarchiques d’après gel, les interventions de restructuration/reformation des souches au vignoble ont rarement été menées faute de temps, de personnel… La taille de cet hiver porte donc cet objectif de remise en état des souches avec des actions ciblées selon les parcelles (plantiers, vieilles vignes,…), une gestion plus technique et des temps de taille plus long.

Pour aller plus loin, retrouvez la formation ICV : Améliorer ses pratiques de taille de la vigne, zoom sur les apports des pratiques de taille douce

 

La fertilisation

Malgré une année économiquement difficile, il ne faut pas baisser les bras sur la fertilisation. Il faut en effet s’attendre  à des débourrements hétérogènes et des carences suite aux réserves du bois épuisées et aux faibles développements végétatifs sur 2021.

L’impasse sur la fertilisation et amendements ne ferait qu’accentuer la baisse de a fertilité et l’hétérogénéité intra parcellaire.

Découvrez la formation ICV : Concevoir une fertilisation durable et rentable de la vigne

 

Pensez aux analyses foliaires et pétiolaires afin de diagnostiquer et corriger les accidents du sol et de la plante (toxicité, carences).

 

Parlez-en à votre consultant (analyses réalisées par le laboratoire des sols et des végétaux de la CA 11 avec tarifs préférentiels ICV)

 

Pour une fertilisation sur mesure !

. Augmentez la qualité de votre production

. Réduisez la variabilité intra-parcellaire

. Economisez 20 à 30% d’intrants chaque année

La plantation

Le gel peut avoir un effet structurel sur le long terme avec une forte mortalité des souches sur les parcelles les plus fragiles (vieilles parcelles, faibles vigueurs,…). Que faire face à cela : complanter ou arracher ? Comment réintégrer ces travaux supplémentaires dans les programmes prévisionnels en cours et redéfinir les priorités ?

 

Les équipes de consultants ICV vous proposent des diagnostics viticoles permettant à partir d’un état des lieux de votre structure et des objectifs futurs de planifier la restructuration de votre vignoble et d’organiser les façons culturales.

 

Et demain, comment anticiper ces dégâts ?

  • Des choix avant plantation (localisation de la parcelle, matériel végétal, hauteur de la souche)
  • Pour les parcelles sensibles : une conduite culturale adaptée (époque de taille, travail du sol, positionnement de la « 500 » en biodynamie)
  • Quand cela est possible des moyens de lutte (brassage de l’air, aspersion d’eau / de valériane, chauffage, brûlage)

 

Rapprochez-vous de votre consultant viticole ICV pour piloter votre stratégie globale.

Actualités

Maîtrisez l’hygiène de votre cave et de vos prestataires

next Lire la suite

Docs techniques

document

Étiquettes des echantillons pour le laboratoire

nextVoir le documents