Actualités

Fertilisation : le choix original des Vignerons Créateurs

Raisonner la fertilisation de son vignoble, l’adapter aux besoins de ses parcelles, tout en préservant les sols et la ressource en eau ? Pas simple ! Gérer la fertilisation à l’échelle du territoire et du collectif d’une cave coopérative ? Encore moins simple ! Découvrez comment les Vignerons Créateurs ont relevé ce défi ?

En s’appuyant sur un service innovant qui associe Oenoview® Ferti  et le savoir-faire des consultants ICV, les Vignerons Créateurs ont impulsé une nouvelle dynamique auprès de leurs coopérateurs !

Découvrez comment il est possible de proposer un conseil fertilisation personnalisé pour chaque adhérent de coopérative, dans le respect des objectifs de production et des exigences environnementales.

 

Dans le contexte économique et environnemental actuel, la fertilisation est cruciale. Elle se doit d’être raisonnée en fonction des objectifs de production, tout en limitant son impact sur l’équilibre des sols et la ressource en eau. Ni trop, ni trop peu.

 

Le défi est de taille en cave coopérative. En effet, cela revient à mobiliser les nombreux adhérents, qui ont des contextes différents et qui peuvent se retrouver géographiquement très éloignés de la cave. Comment les aider à ajuster la fertilisation aux problématiques agro-écologiques de chaque exploitation, à moindre coût pour la cave ?

 

La cave Les Vignerons Créateurs (Gard) a répondu à cette question en optant pour l’imagerie satellitaire Oenoview® Ferti.

 

 

« Une évaluation objective de l’ensemble du vignoble de la cave. »

 

Clémence Grevat, responsable qualité et RSE des Vignerons Créateurs témoigne :

 

« Nous avons utilisé le service Oenoview® Ferti dans le cadre d’un projet financé par la région Occitanie, le dispositif 16.7. Le projet a pour objectif de mettre en place des actions visant à mieux gérer la durabilité de la fertilité de nos sols viticoles, tout en protégeant la ressource en eau. Nous avons fait le choix de l’imagerie satellitaire Oenoview® parce qu’elle permet d’obtenir une évaluation objective de l’ensemble du vignoble de la cave. Grâce à la cartographie de la vigueur obtenue, nous avons maintenant une vraie vision d’ensemble du parcellaire mais aussi la possibilité de rentrer dans le détail de chaque exploitation, de chaque parcelle. Cette évaluation nous a permis de mieux calibrer les apports d’engrais en fonction de l’objectif de production des parcelles tout en cherchant à limiter l’impact environnemental de la fertilisation.

 

Nous souhaitons aider nos coopérateurs à réduire les intrants, à limiter le lessivage des reliquats azotés, à adapter leurs itinéraires techniques et leur organisation de travail. Les images et données Oenoview® Ferti servent d’appui pour cette démarche et s’inscrit donc pleinement dans notre engagement développement durable. »

 

Le projet a débuté en mai 2023 avec la fourniture au Groupe ICV du géoréférencement de l’ensemble des parcelles de la cave (un millier d’ha). Un indice de végétation a ensuite été calculé pour chacune des parcelles (NDVI, satellites Sentinel 2), permettant de qualifier la vigueur moyenne de chaque parcelle.

 

Une fois les vigueurs moyennes et les images des parcelles en poche, les équipes viticoles du Groupe ICV ont pu présenter à la cave, en septembre, une première classification du vignoble. L’objectif étant d’avoir, en se basant sur le satellite, 4 classes de vigueur avec pour chacune d’elles, une proposition de besoins en azote (en unité d’azote) selon la destination de la production (vin profil haut de gamme à rendement modéré ou vin profil cœur de gamme à rendement moyen/fort).

 

Ces classes ont été ajustées en fonction de la connaissance terrain des équipes vignoble de la cave, et également après une visite d’un échantillon de parcelles par l’équipe viticole du Groupe ICV. À partir de ces besoins en azote estimés, des plafonds d’unités d’azote ont été déterminés selon la directive nitrates et le niveau de vigueur mesuré. La proximité de cours d’eau ou d’aires de captage a été également prise en compte.

 

 

« Une très bonne adhésion au projet de la part des coopérateurs. »

 

Toujours selon Clémence Grevat, « entre l’envoi du parcellaire en mai et la première restitution des données fin septembre, l’écoute de la part de Bernard Genevet et d’Emerick Candaele, consultants ICV, a été déterminante pour la réussite du projet. Ils ont su adapter le service aux objectifs de la cave et bien expliquer l’intérêt de la cartographie Oenoview® et les actions possibles, ce qui a entrainé une très bonne adhésion au projet de la part des coopérateurs. »

 

Une fois l’analyse globale réalisée, l’enjeu a été de descendre dans le détail de chaque exploitation et de transmettre les informations aux coopérateurs. Pour cela, chacun d’eux a reçu un atlas contenant :

–        Un aperçu de la situation des parcelles de l’exploitation par rapport au vignoble de la cave

–        Un page par parcelle qui reprend :

o   Les informations agronomiques (cépage, année de plantation, surface…)

o   Les mesures faites par Oenoview® (vigueur moyenne, surface végétale, image de la parcelle)

o   Les recommandations agronomiques et les plafonds légaux (directives nitrates) en unité d’azote selon la vigueur mesuré par le satellite.

Une table récapitulative de chaque indicateur pour l’ensemble du parcellaire

 

 

 

 

 

 

Cet atlas a constitué une première information et un premier niveau de conseil.

 

Mais, pour animer la démarche et définir concrètement le programme de fertilisation, un échange avec les coopérateurs était nécessaire.

 

Les équipes vignobles de la cave ont ainsi organisé des journées de permanence, en novembre 2023, pour que Bernard Genevet, consultant viticole ICV, puisse passer du temps, avec chaque coopérateur. Ce rendez-vous, individuel, avait pour but de parcourir les résultats de l’atlas, de valider ces derniers, et surtout d’affiner les programmes de fertilisation à mettre en place sur les parcelles de l’exploitation.

Clémence Grevat poursuit : « Suite à l’analyse Oenoview® et à l’accompagnement des coopérateurs effectué par Bernard Genevet, des apports d’azote réalisés habituellement sur une partie du parcellaire ont été supprimés, et d’autre réduits. Sur les 20 exploitations conseillées, une bonne moitié a adapté l’approvisionnement d’engrais en choisissant de nouvelles formulations ou en ajustant la dose. La plupart des coopérateurs souhaitent également faire plus d’analyses de sol ou de pétiole. Globalement, le projet a boosté la motivation des coopérateurs. Nous disposions au départ d’un groupe de 10 coopérateurs impliqués, ils sont maintenant 20, et ce n’est qu’un début ! »

 

Grâce aux nouvelles technologies (l’imagerie satellitaire, data…), le Groupe ICV a pu mener un travail de conseil sur l’ensemble du vignoble tout en contenant les coûts qui auraient pu être engendrés par des méthodes de conseil plus traditionnelles. La puissance de l’outil satellitaire (grand nombre de parcelles évaluées, objectivité) couplée au conseil agronomique et à l’accompagnement individuel des coopérateurs a permis au Vignerons Créateurs d’impulser une nouvelle dynamique positive de gestion de la fertilisation.

 

Clémence Grevat conclut : « Nous souhaitons maintenir le budget lié à l’animation du vignoble, sur le plan fertilisation notamment, pour toucher plus de coopérateurs. Par ailleurs, nous allons utiliser les images et données Oenoview® pour optimiser notre sélection parcellaire, en complément des visites terrain, de nos Syrah haut de gamme et de nos Sauvignon thiols. »

 

Le vin de demain se prépare au vignoble !

 

Et vous, quelles problématiques vignoble souhaitez travailler ?

 

Actualités

La PCR Digitale décryptée

next Lire la suite

Docs techniques

document

Étiquettes des echantillons pour le laboratoire

nextVoir le documents